Le Néant

Le Néant

Contribution à l'histoire du non-être dans la philosophie occidentale

Si « le néant n'a pas de propriétés », selon la formule de Malebranche, a-t-il cependant une histoire ? C’est à cette paradoxale question que le présent livre s’attache en cherchant à déployer les différentes significations de ce qui n’est pas, du radicalement non-étant parménidien jusqu’à l’être selon Heidegger qui, n’étant rien d’étant, est le Rien (Nichts) rendant possible la manifestation de l’étant. On le voit, l’histoire dont il s’agit ici est celle de la métaphysique, traversée par la tension entre un rejet pur et simple du néant, réduit à n’être qu’un mot (pour saint Augustin, Bergson et Carnap notamment), et, au contraire, l’affirmation d’une certaine positivité de ce qui ne relève pas directement d’une logique de l’être (pour Platon, Proclus, Scot Érigène, Maître Eckhart ou Schelling, par exemple). Loin d’impliquer nécessairement la disparition, l’absence ou la mort, le néant permet de penser l’altérité, la matière, le devenir, la liberté humaine ou la suréminence du Premier Principe. Certains des textes de ce volume étaient inédits en français, la plupart ont été retraduits en étant attentif au vocabulaire du néant qui cherche à en saisir la nature fuyante.