Philosophie de la famille

Philosophie de la famille

Communauté, normes et pouvoirs

Aucune pensée psychologique, morale, sociale, juridique ou politique ne peut faire l'économie d’une étude de la famille, quand bien même elle adopterait des positions individualistes ou libérales. Or quand il s’agit de la famille, l’effort de définition se lie immanquablement à une réflexion normative, car nul ne se contente de dire ce qu’est la famille et chacun croit savoir ce qu’elle devrait être. Les textes cités dans ce recueil, qu’ils proviennent de la philosophie classique (Aristote, Rousseau, Diderot, Kant, Hegel), contemporaine (Okin, Walzer), ou encore de représentants des sciences humaines (Durkheim, Freud, Lenoir, Donzelot), témoignent de ce entrelacement et le questionnent. Que la famille soit considérée comme la plus naturelle des unions, comme une violence faite à la nature, ou comme une construction sociale; qu’elle soit définie comme une société contractuelle ou comme une communauté transcendant l’existence de ses membres : tout cela commande qu’on détermine si cette institution est nécessaire, oppressive et essentiellement hiérarchique, ou si elle peut favoriser certaines formes de liberté et d’égalité; et qu’on dise quels pouvoirs elle subit à son tour et quelle justice elle appelle.

Avec des textes : de Aristote, D. Diderot, J. Donzelot, É. Durkheim, F. Engels, S. Freud, G.W.F. Hegel, A. Hochschild, E. Kant, R. Lenoir, J. Locke, C. Pateman, S.M. Okin, J.-J. Rousseau etr M. Walzer