Idéologie et rationalité dans l'histoire des sciences de la vie

Idéologie et rationalité dans l'histoire des sciences de la vie

Pour Canguilhem, « l’entrelacement de l’idéologie et de la science doit empêcher de réduire l’histoire d’une science à la platitude d’un historique, c’est-à-dire d’un tableau sans ombres de relief ». Le vivant, en tant qu’objet de la biologie, est lui-même le produit d’une histoire. Or, qui s’intéresse à l’histoire de la biologie par intérêt philosophique ne peut manquer d’être frappé par la permanence d’une tendance à l’anticipation du savoir à venir – une anticipation qu’il faut bien qualifier de présomptueuse, et qui peut se révéler précipitation vers l’impasse. Peut-on tenir pour « idéologie » ce dépassement-déplacement de l’objet scientifique? Dans l’histoire des sciences de la vie, la tentation permanente de l’idéologie est-elle ou non le symptôme d’une aliénation, comparable à celle que les marxistes s’efforcent de dénoncer dans l’ordre de l’économie politique et de la sociologie?