L'individualité moderne

L'individualité moderne

Traité de l'incarnation humaine

Critique à l'égard à la fois de la technique et du féminisme unilatéral, ce livre pense la corporéité humaine dans son être propre, inaliénable. Il apprend à chacun à être unique, sexué, affectif, mortel, pour se défaire de l’emprise de la collectivité et de la biologisation de l’espèce. Le concept d’individualité répond à cette exigence. Il est indissociable d’une réflexion sur l’incarnation humaine.
À la place de la nouvelle alliance entre philosophie et techno-sciences, ce traité propose une complicité nouvelle entre l’art et la pensée, l’union entre les mœurs, l’art de vivre et l’incarnation humaine, contre la déshumanisation contenue dans l’omniprésence de la machine. Face à un féminisme unilatéral, il fait valoir d’une manière inédite la différence des genres et redonne un sens à la masculinité si décriée, ou refoulée, par l’idéologie unisexe à la mode.
En dix chapitres, le livre s’adresse à l’époque, sans trop de technicité philosophique, pour contribuer à la relever de ses errances ou aberrations.