La religion dans les limites de la simple raison

La religion dans les limites de la simple raison

« Que le monde est mauvais, c’est là une plainte aussi ancienne que l’histoire et même que la poésie, plus vieille encore, bien plus, aussi ancienne que le plus vieux de tous les poèmes, la religion des prêtres. Pour eux tous néanmoins, le monde commence par le Bien, par l’âge d’or, la vie au paradis, ou par une vie plus heureuse encore, en commun avec des êtres célestes. Toutefois, ils font bientôt disparaître ce bonheur comme un songe; et alors c’est la chute dans le mal (le mal moral avec lequel le physique alla toujours de pair) qu’ils font se précipiter en l’accélérant pour notre chagrin; en sorte que maintenant (mais ce maintenant est aussi vieux que l’histoire) nous vivons aux derniers temps, que le dernier jour et la fin du monde sont proches ».