Épistémologie pour une marquise

Épistémologie pour une marquise

Tels leurs lointains prédécesseurs des Entretiens sur la pluralité des mondes, la Marquise d'U*** et le chevalier d’E*** sont réunis à la campagne et se livrent à des entretiens sur les sciences et la philosophie naturelle.
Ils passent en revue les principaux problèmes de la philosophie des sciences, la nature de la découverte, des faits, de la probabilité, le réalisme et l’instrumentalisme, fictions et expériences de pensée, abordent quelques grands sujets de la science d’aujourd’hui, astronomie, chaos et hasard, objets quantiques, nature des entités mathématiques et s’intéressent particulièrement à la biologie évolutionniste et à l’éthologie.
Ils débattent des valeurs et des idéaux du savant et de la relation entre la science et la religion. La philosophie, de nos jours, aspire à être populaire, et même "peuple". On fustige son ésotérisme et sa sophistication et l’on voudrait qu’elle soit toujours accessible. Mais ne faut-il pas également songer à l’éducation philosophique des marquises ? N’ont-elles pas droit elles-aussi à des introductions claires et légères aux questions centrales de l’épistémologie ? Et ce qui est bon pour elles ne peut-il l’être pour tout un chacun ?