Critique 2011 n°771-772

Critique 2011 n°771-772

Philosopher en Afrique

Afrique et Philosophie ne sont pas des noms qui vont très bien ensemble : ainsi parle un vieux préjugé. Il est aujourd'hui renversé. Est-ce à dire qu"il faille parler d'une « philosophie africaine » ? L'expression est problématique et nous lui avons préféré : « Philosopher en Afrique », qui désigne une activité, non une essence. Comme l'écrit Souleymane Bachir Diagne, professeur à Columbia University et lauréat 2011 du prix Édouard Glissant, qui a conçu ce numéro : « Il y a une acti­vité philosophique des humains partout où ils se trouvent, qui va dans plusieurs directions, qui est posture herméneutique devant les œuvres d’art, distance critique devant les traditions, réflexion sur le langage, l’oralité et l’écriture, sur le dévelop­pement des sciences, mais aussi sur les conditions politiques de l’émancipation, sur les modernités, sur la mondialisation, une activité qui est pensée de l’humain et des droits qui lui sont attachés. Qui est aussi évaluation de sa propre histoire. » Quelles formes prend cette activité, aujourd’hui, sur le conti­nent africain ? Est-elle sans rapport avec les extraordinaires sursauts auxquels nous assistons ? C’est ce qu’analysent les philosophes africains ou africanistes présents dans ce numéro.