Le philosophe et le manager

Le philosophe et le manager

Penser autrement le management

Édité par Rodolphe de Borchgrave

Le management et la philosophie sont-ils compatibles ? Pour le manager, le philosophe est un doux rêveur, certes pas dangereux mais avec lequel il faut éviter de perdre son temps.
Aux yeux du philosophe, le manager est une sorte de Hun dont l'obsession de rentabilité occupe l'entièreté des cerveaux gauche et droit, et avec lequel il ne faut pas se compromettre. Tout le monde sait cela. Que peuvent donc avoir en commun Socrate et Bill Gates ? Les choses sont heureusement plus complexes et plus intéressantes. Le management ne se réduit pas à une obsession de l'efficacité organisationnelle.
La tâche du manager est complexe et implique qu'il pense le monde où évolue son organisation, un monde de plus en plus opaque et résistant à la pensée. Cela fait question. Or, la philosophie est par excellence la voie du questionnement. Elle porte le regard ailleurs et reconfigure le monde selon d'autres catégories, d'autres modèles et un autre langage que ceux du management ou de l'économie. Le dialogue du philosophe et du manager s'avère dès lors fructueux pour l'un et pour l'autre.