Auteurs


Sarah Kofman

(1934 - 1994)

Sarah Kofman (14 septembre 1934 - 15 octobre 1994) est une philosophe et essayiste française.

Spécialiste de Friedrich Nietzsche et de Sigmund Freud, elle est également l'auteur d'écrits autobiographiques. Elle était la fille du rabbin Bereck Kofman, déporté et mort à Auschwitz

Née à Paris, Kofman commence une carrière d'enseignement à Toulouse en 1960 et travaille sous la direction de Jean Hyppolite et Gilles Deleuze. Sa thèse intitulée Nietzsche et la métaphore fut dirigée par Deleuze. En 1969, Kofman rencontre Jacques Derrida et fréquente ses séminaires à l'École normale supérieure. À partir de 1970, elle devient Maître de conférences puis professeur de philosophie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Avec Jean-Luc Nancy, Philippe Lacoue-Labarthe et Derrida, elle dirige la collection « La philosophie en effet » aux Éditions Galilée. Elle collaborait à de nombreuses revues telles Poétique, Critique, Littérature ou la Revue française de psychanalyse. À part ses nombreux travaux sur Freud et Nietzsche, Sarah Kofman s'intéresse également à Gérard de Nerval, Auguste Comte, Shakespeare et à la place occupée par la femme chez ces différents auteurs.

En 1994, elle publie son autobiographie, Rue Ordener, rue Labat, évoquant son enfance juive sous l'Occupation et la déportation de son père. Elle se suicide peu après, le jour du cent cinquantième anniversaire de naissance de Nietzsche.

Source : Wikipédia


Sarah Kofman
Éditions Galilée | Lignes fictives
De lui, il me reste seulement le stylo. Je l'ai pris un jour dans le sac de ma mère où elle le gardait avec d’autres souvenirs de mon père...



Sarah Kofman
L'imposture de la beauté
et autres textes
Éditions Galilée | La philosophie en effet
Outre « L'imposture de la beauté », ce recueil comprend une étude sur « Le Moïse de Michel-Ange » de Freud : « Un autre Moïse, ou la Force de la loi » ; deux lectures consacrées à Nietzsche : « Nietzsche et Wagner », « Nietzsche et Voltaire »...



Sarah Kofman
Explosion II
Les enfants de Nietzsche
Éditions Galilée | La philosophie en effet
Poursuivant pas à pas la lecture d'Ecce Homo entamée dans Explosion I, Sarah Kofman pulvérise à son tour la « fiction » nietzschéenne : elle fait porter son soupçon sur cette volonté d’unification, ultime défense contre la folie, et en exhibe...



Sarah Kofman
Le mépris des Juifs
Nietzsche, les Juifs, l'antisémitisme
Éditions Galilée | La philosophie en effet
Nietzsche était-il antisémite ? Ou son supposé antisémitisme n'aura-t-il été qu’une "erreur de jeunesse" transmise par son milieu, ses maîtres et ses modèles, et dont il lui appartenait de s’affranchir pour devenir “lui-même” et digne de son nom ?



Sarah Kofman
Explosion I
De l' « Ecce Homo » de Nietzsche
Éditions Galilée | La philosophie en effet
« Ecce Homo excède tellement le concept de littérature que même dans la nature, à vrai dire, la comparaison manque : il fait littéralement sauter l'histoire de l’humanité en deux, superlatif suprême de la dynamite.»



Sarah Kofman
Éditions Galilée | Débats
Discipline – limite entre les sciences et la philosophie, la psychanalyse tient son originalité de cette position – frontière qui la contraint à ne jamais franchir un certain seuil.



Sarah Kofman
Séductions
De Sartre à Héraclite
Éditions Galilée | La philosophie en effet
D'un instinct propre aux femmes : séduire. Le Philosophe des Lumières, au moment même où il s’efforce de dissiper les préjugés religieux, n’aura-t-il pas été contraint de reconduire ce vieux motif théologique...



Sarah Kofman
Éditions Galilée | La philosophie en effet
Ce qui aujourd'hui, en Socrate, nous regarde et nous séduit encore, ne serait-ce pas qu’en lui, le "hors-lieu" se laisse deviner un lieu de résistance à toute classification et à tout système ?



Sarah Kofman
Conversions
Le Marchand de Venise sous le signe de Saturne
Éditions Galilée | Débats
« Le Marchand de Venise de Shakespeare est-il une pièce antisémite ? Le Juif Shylock ne s'y trouve-t-il pas insulté, bafoué et sa conversion finale, forcée, présentée comme juste châtiment pour une folle cruauté ?



Sarah Kofman
Éditions Galilée | Débats
Devoir parler sans pouvoir parler ni être entendu, telle est l'exigence éthique (qui ne fait qu’un avec l’exigence la plus haute d’écriture) à laquelle se plie Robert Antelme dans L’Espèce humaine, livre sublime...



Sarah Kofman
Éditions Galilée | Débats
Avec Nietzsche la philosophie entre dans le domaine de la comédie et il apparaît que le talent le plus propre – et aussi le plus dissimulé – du génie philosophique est un talent comique.



Sarah Kofman
Pourquoi rit-on?
Freud et le mot d'esprit
Éditions Galilée | Débats
Pourquoi rit-on ? En tentant de répondre à cette très sérieuse question, Freud et l'auteur de ce livre prennent au piège le mot d’esprit, ce coquin, ce Janus double face...



Sarah Kofman
L'enfance de l'art
Une interprétation de l'esthétique freudienne
Éditions Galilée | Débats
Pour la première fois, une interprétation de l'esthétique freudienne qui repose sur une lecture de la totalité du corpus freudien.



Sarah Kofman
Éditions Galilée | Débats
Et si la beauté qui camoufle le caractère évanescent de toute chose était elle-même éphémère ? Le déclin de ce qui rend tolérable l'intolérable susciterait vertige et désarroi....



Sarah Kofman
Autobiogriffures
Du Chat Murr d'Hoffmann
Éditions Galilée | Débats
Devenir écrivain, telle est l'ambition du chat Murr mis en scène par Hoffmann dans une œuvre puissamment subversive, d’une extraordinaire modernité.



Sarah Kofman
Éditions Galilée | Débats
Corpus inachevé, morcelé, décentré, bousculant sens dessus dessous le logos traditionnel, le texte derridien ne se prête à aucun relevé de thèmes, à l'énoncé d’aucune thèse...



Sarah Kofman
Éditions Galilée | Débats
Étrangeté de l'écriture nietzschéenne qui distingue le texte de Nietzsche de tout autre. Philosophie nietzschéenne, insituable, hors catégorie, impossible à classer.



Sarah Kofman
L'énigme de la femme
La Femme dans les textes de Freud
Éditions Galilée | Débats
Par cette « grande criminelle » qu'est la femme – notamment la femme narcissique – Freud n’a pas manqué d’être fasciné, médusé. Mais devant elle, il a aussi reculé.



Sarah Kofman
Éditions Galilée | Débats
Peut-on se sortir de ce que Platon appelle une aporie ? de cette situation intenable, cauchemardesque où, comme tombé dans les profondeurs d'un puits, vous êtes soudainement désorienté, dépourvu de toute ressource ?



Sarah Kofman
Éditions Galilée | Débats
Plaidoyer tragique et farce pleine d'humour, la scène que joue Freud réussira-t-elle à désarmer les accusateurs, à mettre les rieurs du côté de l’analyste ?… »



Sarah Kofman
Le respect des femmes
Kant et Rousseau
Éditions Galilée | Débats
La confrontation de Kant et de Rousseau souligne, par delà leurs différences singulières, une complicité profonde : celle d'hommes dont la moralité est l’envers glorieux de leur misogynie.



Sarah Kofman
Éditions Galilée | La philosophie en effet
Quatre lectures de Freud : des poèmes d'Empédocle, de la Judith de Hebbel, de la Gradiva de Jensen, de L’Homme au sable d’Hoffmann. Non des interprétations, mais des constructions, des "romans" analytiques qui réécrivent les textes lus...



Sarah Kofman
Éditions Galilée | La philosophie en effet
Camera obscura : machine qu'utilisèrent des peintres comme Léonard de Vinci pour imiter la nature ; appareil de décalque et de transparence, révélateur de l’accord de l’homme avec le monde...